En route pour les classes de découvertes

Les classes vertes sont toujours des moments à part qui permettent aux enfants de vivre l'école autrement et aux enseignantes, de partager des instants de vie avec leur groupe.
Retour sur le séjour des grandes sections à la ferme, des CM à la mer et des CM2 à la montagne.

« Le char à voile ce n’est pas compliqué !
C’est surtout une histoire de vent, il faut préparer le char à voile précisément.
Il faut tirer sur la corde accrochée à la poulie pour lever la voile. Pour tourner, il faut pousser sur une sorte de guidon (je ne sais pas comment ça s’appelle).
Le char à voile, ça ressemble à une formule 1 mais on est allongé, il y a une voile et trois roues. »
Henri

 

« Le char à voile est un moyen de transport à voile, qui marche avec le vent. Il faut d’abord le pousser avec l’aide de son co-équipier puis prendre le vent avec la voile.

Pour tourner, il faut appuyer sur la pédale, et n’oublie pas des les régler à ta taille !

Pour accélérer en tirant sur l’écoute (corde reliée à la voile) tu iras beaucoup plus vite, si tu as peur relâche-la.

Puis il n’y a plus qu’à s’amuser ! »

Paul

Stella : « Ma journée préférée, c’est le deuxième jour. Au programme, biathlon, land art et visite de la ferme. Beaucoup de gens trouvaient l’endroit sale à cause des toiles d’araignées et à cause des vaches. Mais tout le monde les trouvait mignonnes. On a vu les bébés qui venaient de naître puis on est rentrés manger. »

Gisèle : « À la ferme, on a vu des vaches et les tout-petits. On a goûté de l’abondance, c’est le meilleur fromage du monde. »

Myriam : « Pour le land art, on devait se mettre en groupes de 3 ou 4; C’était un concours. Avec mon équipe qui était constituée de Camille, Marion et Stella, on a gagné en faisant une forêt qui était hyper réaliste. Les deux autres équipes avaient fait une piste de biathlon et l’autre avait fabriqué un bonhomme sur un radeau. C’était drôle. Cette classe verte était très mouvementée et super instructive ! »

Alistair : « Mon meilleur moment, c’est le biathlon. Une dame du nom de Marie-Laure nous a expliqué comment manier une carabine laser. Il y avait deux boutons, un pour charger 5 balles, un autre pour mettre une par une les balles dans le canon. On s’est entraînés à tirer sur des cibles. Après on a commencé le biathlon en course à pied. On devait faire le tour du terrain puis tirer sur des cibles avec la carabine laser. Ceux qui loupaient des cibles avaient des tours de pénalité. »

Gaspard : « J’ai aussi beaucoup aimé le biathlon : ce sport se pratique principalement en hiver, en ski de fond. mais comme il n’y avait pas de neige, on a fait de la course à pied et du tir. J’ai battu le record de tir chronométré : j’ai touché les 5 cibles en 6,21 secondes. »

Margaux : « Je n’étais pas très forte au début mais quand j’ai compris, c’était plus simple et après on a fait une compétition de biathlon et mon équipe est arrivée deuxième. »

Léopold : « Mon meilleur moment c’était l’escalade, c’était super bien ! On avait un casque, des baudriers avec des cordes, il y avait un grimpeur, un assureur et un contre assureur. L’assureur tenait la corde et le contre-assureur vérifiait que l’assureur faisait bien son travail. On a pu monter jusqu’à environ 15 ou 20 m de haut. »

Raphaël : « J’ai adoré l’escalade. On devait faire des groupes de 3. L’assureur doit tirer sur la corde dans la montée, et doit donner du mou pour la descente. »

Victoire : « L’assureur était accroché à une corde qui pouvait supporter jusque 2 tonnes. Et le contre assureur était là au cas où l’assureur se trompait. »
Eléonore : « On en a fait deux fois et c’était sur des rochers. On était tenus par une corde avec des assureurs en bas et ceux qui s’occupaient de nous s’appelaient Guillaume, Vincent et Baptiste. On pouvait monter plus haut en fonction des cordes. Pour moi, la partie qui faisait le plus peur était la descente car si tes pieds n’étaient pas bien à plat, tu pouvais tomber. »

Ombeline : « Ce que j’ai préféré, c’était l’escalade même si la première fois, le rocher était très boueux donc je n’arrivais pas à monter très haut. Quand c’était à l’autre groupe de faire l’escalade, nous avons fait une balade. La première fois nous avons marché au bord d’un torrent et mangé des fourmis. La deuxième fois nous sommes allés jusqu’au Lac du Vallon, où se trouvait avant un village qui a disparu. L’avancée des eaux s’est arrêtée juste devant la porte d’une maison. »

Myriam : « Mon meilleur moment de la classe verte est quand on a fait de la confiture. La directrice du Centre, Joëlle, nous a distribué des toques à décorer. La recette était très simple car il ne fallait que des pêches et du sucre. Ensuite on a fait une dégustation avec un peu de pain, c’était délicieux. »

Gisèle : « On a d’abord épluché les pêches, puis rajouté le sucre. On a mis à cuire avec le sucre puis c’était aux deux autres groupes enfin on a mis dans des pots. »

Leyna : « Mardi, on a fait une randonnée l’après-midi. Notre guide Éric nous montre des orties. Un peu plus loin, il nous montre les feuilles pour apaiser des piqûres d’ortie. On va rentrer dans la forêt au « premier étage » de la montagne. On peut dire au revoir aux chaussures de randonnée tellement c’est boueux ! Après une longue montée, on arrive finalement au « deuxième étage » : les pâturages des Alpes, les alpages. Dans le village, ils sont très croyants. Ils mettent des fers à cheval sur leur porte et il y a deux croix dans le village. On prend le goûter, avant de redescendre. En tout, 3 heures de randonnée, de gamelles et de rigolade ! »

Aliya : « J’ai adoré la veillée chamallows grillés autour du feu. On écoutait des histoires racontées par des animateurs. Mon histoire préférée, c’était « la folle des Pyrénées ». On a aussi appris une musique qui me trotte dans la tête depuis : Bougalou. »

Margaux : « Ca m’a plu quand les animateurs nous ont raconté des histoires autour du feu, j’étais aussi contente car j’ai eu deux chamallows grillés au lieu de un. »

Gisèle : « Le dimanche on a fait la grasse matinée, on s’est réveillés à 9h, le matin on a fait un brunch. Il y avait une partie sucrée et une partie salée. En premier on a fait la partie sucrée il y avait du jus de pomme, du pain avec du miel ou de la confiture, un yaourt, et un croissant et un pain au chocolat chacun. Après on est allés jouer au foot puis ils nous ont appelés pour aller manger la partie salée, soit un verre de coca soit un verre d’Orangina, une part de pizza et un fruit. »

Marion : « L’après-midi, on a fait un jeu intergalactique. Il fallait se créer un personnage, inventer des attaques et leur donner une puissance. On progressait de débutant, amateur, pro et expert. J’ai fini deuxième sur 52. »